Le concours d’orthophoniste

L’admission à un concours d’orthophoniste est indispensable pour pouvoir nous ouvrir les portes d’une écoles spécialisée, qui nous permettra au bout de 5 ans, si tout se passe bien, d’obtenir un Master de Capacité en orthophonie.

Ce concours est très sélectif, et il faut savoir que seulement 5 % des candidats valident leur passage vers une école.

concours orthophonie

Un concours différent dans chaque école

On trouve 18 écoles d’orthophonie en France, et chacune d’entre elles propose un concours différent.

Les sujets sont toujours très variés, que ce soit pour les matières proposées ou pour les méthodes de passage et d’exécution coefficient, temps des épreuves…).

Le point fort de cette situation, c’est qu’il est possible de passer votre concours dans toutes les écoles, ou au moins dans plusieurs d’entre elles, pour vous donner le maximum de chances.

Vous pourrez alors rater une épreuve à Toulouse, et elle n’anéantira pas tous les projets que vous aviez pour l’année suivante. Vous vous tromperez peut-être à Poitiers, mais vous réussirez à Nantes.

Un concours n’est pas un examen

Il faut tout d’abord prendre conscience qu’un concours n’est pas un examen. Les jeunes bacheliers doivent comprendre ça pour être réellement préparés à affronter les règles d’un concours.

Un examen, comme le baccalauréat, valide ou sanctionne un apprentissage. Il est l’achèvement d’un parcours scolaire.

Un concours est une compétition, elle ne se joue pas simplement entre vous et vos acquis, mais entre vous et les autres candidats qui veulent également rejoindre une école.

Vous serez classé à l’issue du concours, et seuls les meilleurs pourront rejoindre les bancs de l’école visée.

Les épreuves

Même si les sujets sont différents, les épreuves se ressemblent forcément un peu. Il y a d’abord une épreuve écrite, où le français en tant que matière aura une part importante.

Orthographe, lexicologie, ou encore grammaire, il faudra être au point. Les tests peuvent être très différents, il peut y avoir des dictées, des corrections de dictées d’enfants, des textes à trous, des QCM, des contractions de texte…

Il faut réellement être prêt à tout, c’est pourquoi une année en prépa est à privilégier, justement pour prévoir un maximum de possibilités.

D’autres matières seront ensuite évaluées.

Il y aura des questions de culture générale encyclopédique, des épreuves de biologie, mais également des tests de logique mathématique, ou de culture scientifique.

Il faudra essayer de briller dans tous les compartiments proposés.

Si l’épreuve à l’écrit est réussie et validée, elle donne accès à l’épreuve écrite. Là encore, les tests sont très différents d’une école à une autre.

Elle se déroule généralement en face d’un ou plusieurs orthophonistes, d’un psychologue ou d’un psychiatre, et d’un représentant de l’école.

Cet entretien permet d’analyser la stabilité psychologique du candidat, mais également son audition ou sa vision. Les capacités de communication et la maîtrise de l’expression orale seront également prises en compte.

Dans certaines écoles, il y aura une dictée supplémentaire, et des tests d’aptitude.

Ces tests portent sur trois 3 items prépondérants qui sont l’aptitude numérique, l’aptitude logique, et l’aptitude verbale. C’est forcément une épreuve très compliquée à anticiper, et même les écoles de prépa auront du mal à vous préparer à ces tests.

C’est donc un concours particulièrement complexe, auquel il faudra se préparer avec énormément de sérieux et de motivation pour espérer pouvoir intégrer une des écoles en France.